Paul Fournel – La Liseuse

Depuis 1452 et la parution de la Bible à 32 lignes de Gutenberg, le texte et le livre ont partie liée : publier un texte c’est faire un livre, lire un livre, c’est lire un texte, acheter un texte, c’est acheter un livre.

Ce récit commence le soir où la petite stagiaire discrète apporte à Robert Dubois le vieil éditeur, encore directeur de la maison qui porte son nom, sa première liseuse. Ce bel objet hightech qui le regarde de son écran noir, lui annonce que sa vie est en train de basculer.

Que va devenir son métier maintenant que le texte et le papier se séparent ? Quelque chose couve qui pourrait fort bien être une révolution. Il le sait et cette perspective le fait sourire.

La vie continue pourtant à l’identique, Dubois déjeune avec ses auteurs, voyage chez les libraires, rencontre les représentants, mais il porte sa liseuse sous le bras qui lui parle déjà d’un autre monde…

De toute la force de son humour, de son regard désabusé et tendre il regarde changer son monde et veille à garder, intact au fond de lui, ce qui jamais ne changera : le goût de lire.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Paul Fournel – La Liseuse

  1. François Garnier dit :

    Ce joli roman, tout en nous faisant entrer par les coulisses d’une maison d’édition, introduit avec malice, fantaisie et sensibilité la question de la mutation des métiers et de leurs outils. Pour le vieil éditeur, presque évincé de sa propre maison par des gestionnaires soucieux de rentabilité, l’arrivée de la petite liseuse via des stagiaires iconoclastes ouvre des perspectives de nouvelles créations et de nouvelles rencontres.
    Même si l’amour de la lecture dépasse le support, papier ou électronique, la petite liseuse porte en elle les germes d’un bouleversement ou les structures anciennes risquent de disparaitre si elles ne savent pas évoluer. En se plaçant du côté du livre, des auteurs et de la création, le personnage se trouve un avenir loin d’une profession où la finance a pris les rênes et menace chaque jour de le mettre à la porte.

  2. mmarcel dit :

    Ce livre est plaisant, nostalgique mais en même temps optimiste. Cet éditeur Dubois est un homme attachant et ouvert. il est curieux de tout et de tous. Cette liseuse, bouleverse son métier c’est un fait et c’est un monde qui disparaît. Mais que faire ? il n’y a qu’à l’accepter. Dubois est gourmand de la vie et de la lecture. Que se soit au restaurant ou dans la découverte des textes et de leurs auteurs et dans sa façon d’accueillir la nouveauté et le progrès. Il est aussi bienveillant avec la jeunesse qui maîtrise ces nouvelles technologies et avec qui il peut imaginer d’autres approches des textes.. Qui vivra verra, donc.

  3. Michel C. dit :

    J’ai lu ce livre presque d’une traite mais posémment, avec un grand plaisir; je le relirai un jour encore plus attentivement même si je n’en ai pas sauté un mot.
    Drôle souvent, sensible et tendre, mais lucide, le regard sur le monde de l’édition est sans complaisance pour les différents acteurs de ce milieu. Qui aime bien châtie bien, Paul Fournel aime ce monde, humaniste, Robert Dubois l’analyse avec pertinence et humour.
    Que sera le livre de demain? Les lecteurs et eux seuls en décideront en final, pour cela il faudra que demeure le goût de lire…

  4. lang christine dit :

    J’ai lu avec plaisir les commentaires ci-dessus et moi aussi, j’ai passé un agréable moment avec le roman de Paul Fournel qui fut l’invité de François Busnel à la Grande Librairie au printemps 2012.

    Commentaire :
    Charmant tête à tête entre un éditeur-lecteur et sa liseuse. Ecriture pleine d’esprit et de vivacité à l’image de l’extrait page 30 sur l’artichaut.

  5. Frédérique dit :

    Pour moi le meilleur livre de la sélection, je l’ai lu avec beaucoup de plaisir.
    Un livre optimiste sur l’avenir de la littérature sous toutes ses formes.
    Une lecture très facile. J’ai trouvé le personnage principal touchant et lucide, lui qui arrive au terme de sa vie voit les changements dans sa profession avec philosophie.

    Espérons que les liseuses et autres tablettes ramèneront vers la lecture les générations futures.

  6. Billevesees Comité de lecture de St Laurent dit :

    Robert Dubois, dit « Gaston » est un éditeur bien sympathique.
    J’ai dégusté avec ravissement ce roman plein de poésie et d’originalité, et comme on découvre un bon brouilly ou une bonne table, j’ai rencontré Paul Fournel dont l’univers m’a enchantée.
    Il ne rejette pas d’emblée cette nouveauté que représente la liseuse. Il cherche à s’accommoder tout en sachant que pour lui, rien ne pourra jamais remplacer la jouissance d’ouvrir un livre papier.

  7. Comité de lecture MONTOIRE dit :

    Réactions des membres du comité: « un très bon roman », « pas mal du tout », « Thématique très intéressante », « drôle », « facile à lire », « confrontation entre génération touchante ».

  8. Michel P. dit :

    Dans ce roman, Paul Fournel nous livre ses conceptions d’éditeur à l’ancienne. Mais il sait bien que ce métier est en train de changer et ne sera plus jamais comme avant. Alors il nous montre des pistes qui permettront aux éditeurs de s’adapter à ce nouveau mode de lecture qu’apporte la liseuse électronique.
    Sur un sujet sérieux qui suscite bien des questionnements actuellement dans le milieu du livre, Paul Fournel a réussi à écrire un livre léger, ironique, teinté d’humour, très agréable à lire.

  9. Claudine Boissier Comité de lecture de Mer dit :

    Belle histoire qui nous décrit la vie d’un éditeur et tout ce qui se passe dans une maison d’édition. Les caractères de tous les personnages sont bien analysés et cela forme un tout. Impression de faire partie soi-même de ce récit et de vouloir participer.

  10. Michèle Faraut Comité de lecture de Mer dit :

    J’ai adoré! Moi qui ai les mêmes réticences vis à vis de la « chose », j’ai aimé le propos, l’humour, la pertinence, la cocasserie des réflexions. Très intéressant ce côté « coulisses » prédestinant à l’avenir de tout un travail d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>