Sylvain Pattieu – Le bonheur pauvre rengaine

lebonheurLe 25 septembre 1920, au petit matin, dans un appartement bourgeois de Marseille est découvert le corps d’une jeune ouvrière parisienne ayant basculé dans la prostitution. Cette affaire fera la une des journaux pendant plusieurs mois, le temps qu’on découvre les assassins. Comme tout fait divers, c’est un formidable révélateur d’une époque, ces années folles où la France, saignée par les tranchées, voit ses repères basculer. Lorsque Sylvain Pattieu déterre, aux archives des Bouches-du-Rhône, le carton conservant le dossier de justice, il trouve là une formidable matière romanesque. Des personnages aux trajectoires hors du commun naviguant d’un milieu à l’autre, une peinture passionnante de Paris et Marseille. Usines, dancings, bagne, bordels… Demi-mondaines, ouvriers anarcho-syndicalistes, macs noirs et corses…

Cela donne ce livre singulier et passionnant, à la fois roman et document historique, mixant voix fictionnelles, photographies et archives policières.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Sylvain Pattieu – Le bonheur pauvre rengaine

  1. Séverine M. dit :

    Septembre 1920, Marseille : une jeune prostituée, Yvonne Schmitt, vient de se faire tuer. Cela aurait pu passer pour une histoire banale parce qu’à cette époque la mort d’une prostituée est un fait récurrent ; mais cette fois-ci le meurtre a lieu dans le quartier chic de la ville , dans un appartement financé par un bourgeois. Alors, cette histoire fait la une des journaux et les autorités s’en mêlent .
    A partir de faits réels, l’auteur écrit une fiction dans laquelle les personnages prennent la parole pour raconter , pour témoigner . Les chapitres sont courts, la lecture est facile, les portraits sont vivants, l’enquête est bien menée. On entre dans ce livre comme dans un polar avec une certaine émotion à la fin tant on s’accroche aux personnages.

  2. Monique M dit :

    Sylvain Pattieu réussi un tour de de force. Les faits, l’information et la documentation brutes étaient là aux archives des Bouches du Rhône. Cette enquête rend la vie à toutes ces personnes rencontrées dans ces recherches et il nous raconte ce que fut leurs parcours. Cette puissance romanesque dépoussière et rend l’Histoire accessible, intéressante et touchante. Et oui on s’attache à ces personnes, on n’a pas envie de les laisser. Quelle époque ! Marseille, la guerre 14/18, les bat D’Af..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>