Raphaëlle Riol à Contres

Samedi 14 mars à 15h, rencontre avec Raphaëlle Riol.
Contres, Médiathèque Robert Gersy

 

Une réponse à Raphaëlle Riol à Contres

  1. Gérard Hameau dit :

    Rencontre Raphaëlle Riol à Contres le 14 mars
    Dans la salle un nombreux public, une assistance très majoritairement féminine. Sur l’estrade un joli trio -là encore strictement féminin. Encadrant Raphaëlle Riol l’auteure nos deux animatrices. Par précaution ou appréhension des lecteurs n’ont pas osé venir. Par peur d’être trop égratignés?
    Il faut dire dans ses trois romans Raphaëlle n’est pas tendre pour la gent masculine. Les Amazones Alice la trentenaire et Alphonsine la fugueuse nonagénaire ne sont que des insoumises, des rebelles atypiques. Et les hommes abandonnés à leur triste sort, des machos, des radins, des infidèles, des incultes… Une sainte horreur de la chasse mais une unique tendresse affichée… pour un dérisoire petit boucher. Antoine (Comme elle vient) photographe quarantenaire, un matin d’été son épouse s’est éclipsée du domicile conjugal. Six mois qu’elle est partie, notre artiste bohème a l’esprit tourneboulé par les grains de beauté. Pour faire patienter Jules son fils de 6 ans, il a transformé l’appartement en une ménagerie nauséabonde. Nous n’appelons pas ça un adulte responsable mais un vieil adolescent attardé.
    Violette Nozière, cette jeune dévergondée, l’empoisonneuse de ses parents, une criminelle nymphomane. Et Baptiste son père, que cache-il ? Raphaëlle n’est encline à nous répéter qu’elle fut aussi une héroïne, la muse des écrivains surréalistes : détruire l’image du mari tout puissant, du père au-dessus de tout soupçon (inceste), leur combat des années 1933.
    Les trois romans ont été visités en profondeur et en zigzags suivant notre fantaisie. Le dialogue enjoué, rondement mené, l’ambiance attentive, chaleureuse et parfois chahuteuse. mais Raphaëlle par sa sincérité a emporté l’adhésion de la salle -hommes compris. Malgré de rudes commentaires, bien en deçà d’une heure et demie, ils avaient failli. Sous le charme.
    Un autre moment fort quand Raphaëlle a évoqué l’acte d’écrire. Enfermée dans une pièce solitaire trois heures durant. « Frôler une petite mort et demeurer vivant. » Soulevée par son imaginaire qui la propulse dans cet autre monde créé par elle. Des personnages qui vivent en vous avec une énergie démesurée. Ainsi vers le dénouement d’Amazone, elle était tellement subjuguée par Alice et Alphonsine, tiraillée par l’émotion subitement, Raphaëlle l’auteure, la romancière a vomi.
    Grâce à Lire en Loir-et-Cher, par ce lien nous en gardons ce plus : une rencontre réussie d’écrivaine. Dorénavant Raphaëlle Riol redeviendra une Amie de papier dont nous guetterons les apparitions (parutions) sur la couverture de la brune au rouergue.
    G.H. de Contres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>